Ophélie Conan

Ma photo
Au commencement, j'en suis sûre, était le vide. Néanmoins, j'apparus sur terre avec un joli prénom: Ophélie. Comme la douce et pure, comme l'ange de perfection qui ne supporta aucune flétrissure. Quant à mon nom, Conan, vous connaissez sans doute le fameux capitaine, mais aussi le terrible barbare?

mercredi 14 mars 2018

Notre linge dans notre jardin


Pour qu’une gouine puisse chérir sa gouine adorée
Il faut qu’elle pleure avec elle
Qu’elle partage ses douleurs
Qu’elle la regarde éternellement
Du fond de sa conscience ténébreuse
Ô Marianne ma rêveuse
Comme je pleure de t’aimer tant
J’ose te regarder et m’approcher de toi
Et être ta splendide et fidèle enfant
Quand notre linge dans notre jardin follement sèche au vent


2 commentaires:

  1. Très belle déclaration à sa douce,
    et la chute est surprenante.
    Je suppose que tu pensais à ces paroles,
    tout en regardant, par la fenêtre, vos culottes
    et autres voler au vent, bien épinglées sur le fil.

    RépondreSupprimer