Ophélie Conan

Ma photo
Au commencement, j'en suis sûre, était le vide. Néanmoins, j'apparus sur terre avec un joli prénom: Ophélie. Comme la douce et pure, comme l'ange de perfection qui ne supporta aucune flétrissure. Quant à mon nom, Conan, vous connaissez sans doute le fameux capitaine, mais aussi le terrible barbare?

vendredi 30 mars 2018

Les seins et moi


 Je ne n’ai plus aucun contact avec Mélou. Elle habitait à Bordeaux et avait au moins une quarantaine d’années quand j’en avais dix-sept. C’était une très belle femme, voluptueuse et jouisseuse, qui habitait un bel immeuble. Je ne sais ce qu’elle est devenue. Peut-être est-elle morte? Beaucoup d’années sont passées…

 Je suis attirée par les gros seins, mais pas non plus les trop gros. Autrefois, j'étais fascinée par ceux de Jane Mansfield. Je n’aime pas les seins monstrueux, trop énormes, parce qu’ils tombent et sont rarement beaux. Pour moi, les seins doivent être bien galbés et fermes, avec un téton dressé. Or tous les seins ne sont pas ainsi. Certains ont des tétons trop gros et trop longs, d’autres des aréoles trop larges. J’aime beaucoup les seins de Marianne, de Muriel, de Karine, de Marlène, de Grace, d’Angela, de Giulia, de Sandrine. J’ai beaucoup aimé ceux d’Apolline, et ceux d’Amélie et de Chloé. Ceux de Marceline sont un peu trop gros à mon goût, et ceux de Rose, un peu trop petits. Mais je fais quand même mon affaire de ces quatre-là!

 Je ne sais d’où me vient cette attirance, mais je crois qu’elle est innée, en tant que mammifère. J’ai été élevée au sein. C’est du moins ce que ma mère m’a dit, mais elle n’était pas très chaleureuse. Je pense que beaucoup de femmes refoulent ce besoin de sucer des seins, mais elles ont bien tort. Sans doute les femmes sont-elles plus lesbiennes (au moins bi) qu’elles ne veulent bien l’admettre…

 Les seins sont importants pour moi et, dans l’ensemble, je suis bien servie par moi-même et mes amies. Je regarde évidemment aussi beaucoup les décolletés des autres femmes, mais aussi la silhouette, le visage, les jambes, et puis le je-ne-sais-quoi qui peut émaner de tout cet ensemble, qui est indéfinissable et souvent mystérieux et qui me donne envie de tomber amoureuse. J’essaie de deviner le galbe des cuisses, le creux du sexe, sa forme, la forme des grandes lèvres et des petites, du clito. Bien sûr, la vue d’une jolie femme, dans la vie de tous les jours, me fait fantasmer, et j’imagine toujours que je lui fais l’amour ou qu’elle me le fait.

 Mon hésitation à toucher et sucer les seins de Mélou n’a pas duré bien longtemps, parce que j’en avais beaucoup rêvé avant. De même pour son sexe, mon hésitation n’a pas duré. Mais j’avais déjà eu ses seins, alors j’étais totalement déniaisée. Je me suis lancée dans sa fente et lui ai donné la mienne sans aucune crainte.


6 commentaires:

  1. Voilà un article qui est délicieux à lire.
    C'est un vrai Saint.
    Que de belles rondeurs, par tes mots Ophélie,
    ont roulé sous mes yeux.
    Je partage l'intégralité de ton avis, mot pour mot,
    ligne par ligne. Fait-il de ça et de moi un lesbien ?
    Parce que j'aime aussi les seins et la femme,
    comme tu le décris.J'adore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis vraiment ravie!
      Je suppose qu'un lesbien est un homme qui aime les lesbiennes!

      Supprimer
    2. A toi de juger.
      Mais sûrement
      un homme qui
      aime les femmes.

      Supprimer
  2. Je ne sais pas si les hétéros femmes peuvent être attirées par les seins. Elles aussi ont été allaitée. Personnellement, je sais, parce qu'on me l'a dit, que j'ai été sevré très tôt, j'avais deux mois, peut-être, et encore, peut-être même pas. Je sais donc pourquoi je suis, moi aussi, particulièrement attiré par les seins. Et je ne peux que comprendre ton attirance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est sans doute la raison de ton attirance pour les seins et notamment les gros seins. Moi aussi j'aime les gros seins, mais pas aussi gros que toi!

      Supprimer