Ophélie Conan

Ma photo
Au commencement, j'en suis sûre, était le vide. Néanmoins, j'apparus sur terre avec un joli prénom: Ophélie. Comme la douce et pure, comme l'ange de perfection qui ne supporta aucune flétrissure. Quant à mon nom, Conan, vous connaissez sans doute le fameux capitaine, mais aussi le terrible barbare?

vendredi 12 janvier 2018

Demain, je m'envole

 Demain, je m’envole pour New-York, seule, sans Marianne et sans Rose. J’y rencontrerai Angela, la nouvelle amie de Grace. Vraiment, je suis très heureuse que Grace ait rencontré Angela. Elle me dit avoir trouvé un nouvel équilibre et, heureusement, elle ne fait plus reposer sa vie sur la mienne, comme elle le faisait cet été. Angela est une black de Manhattan qui habite TriBeCa. 

 De son côté, Marianne n’est pas jalouse. Elle sait qu’à New York, je vais faire l’amour avec Grace et aussi très certainement avec Angela, mais cela ne lui fait pas mal. Bien au contraire, cela l'excite vraiment. Marianne m’aime et sait que je l’aime, que je ne la quitterai jamais. Rien ne sera aussi fort que notre amour. Ni la beauté, ni la jeunesse de Grace ou d'Angela aux peaux d’ébène. Ni non plus la blondeur de Muriel ni celle de Karine, ni non plus celle de Gaëlle. Seule, peut-être la mort.

 Pour l’instant, à la maison, nous parlons surtout de Karine et de Gaëlle, les sœurs aînées de Muriel. La visite éclair de Karine, samedi dernier, sa jupe droite, sa poitrine qu'on devinait bien présente sous son pull, nous ont fait, et nous font encore, tourner la tête. Pour nous faire davantage fantasmer, Rose nous répète sans cesse que Gaëlle est aussi belle que Muriel et Karine, aussi blonde. Mon dieu! J'aime tant les femmes belles!

 Marianne, par l'intermédiaire de Rose et de Muriel, à l'intention d'inviter Karine et Gaëlle à la maison, dimanche prochain, après une séance au cinéma. Dommage, je ne serai pas présente à ce thé entre filles, mais Marianne me racontera. Je lui fais confiance.


2 commentaires: