Ophélie Conan

Ma photo
Au commencement, j'en suis sûre, était le vide. Néanmoins, j'apparus sur terre avec un joli prénom: Ophélie. Comme la douce et pure, comme l'ange de perfection qui ne supporta aucune flétrissure. Quant à mon nom, Conan, vous connaissez sans doute le fameux capitaine, mais aussi le terrible barbare?

mercredi 27 septembre 2017

Ce qu'on dit

Détail d'une petite bonne poitrinaire


 Une poitrinaire, à ce qu'on dit, est une femme atteinte de tuberculose pulmonaire. 

 C'est ce qu'on dit.

 Autrefois, cette maladie touchait principalement la classe ouvrière qui, comme on le sait, était moins bien nourrie et moins bien logée qu'aujourd'hui, vivant dans une promiscuité propre à développer toutes sortes de miasmes intrépides. Par extension, la maladie touchait également les quartiers bourgeois où elle était appelée "maladie des petites bonnes". 

 C'est ce qu'on dit.

 On dit aussi que la tuberculose pulmonaire est à l’origine du mouvement hygiéniste et de la construction de sanatoriums où les poitrinaires pouvaient poitriner, c'est-à-dire, toujours d'après ce qu'on dit:
1- parler ou chanter avec une voix de poitrine;
2- rabattre leurs cartes sur leur poitrine pour les cacher, quand elles jouaient au tarot;
3- plastronner devant les autres;
4- mettre en avant leurs seins pour les exhiber;
5- manipuler et caresser les seins d’une autre femme.

 Tout ça, c'est ce qu'on dit. Mais il ne faut pas toujours croire ce qu'on dit.

(Par un fleuve emportée...)

12 commentaires:

  1. Un exposé contrasté.
    Toutefois quelques points
    me plaisent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon. Peut-être me les diras-tu plus tard!

      Supprimer
    2. Et bien,Ophélie, mon avis est que l'ignorance de l'époque, des hommes et des femmes dans le premier sujet, je cite celui "poitrinaire", a, heureusement, contribué à faire avancer certains et certaines savantes, dans le domaine de la science.
      Le mot "poitrinaire" dans sa forme maladie de la tuberculose, est très mal choisi...on aurait pu dire "pulmonaire", ce qui aurait été plus adéquat, je le conviens, et, pour toi aussi, je t'ai bien comprise, tu en joues de ce jeu de mot, par ton talent, puisque cette maladie touchait aussi bien les basses classes que la "Haute", ainsi que les femmes et les hommes.
      Et là, où, je veux en venir, et je sais que tu voulais en venir aussi, ça entache quand même, le beau attribut que vous avez, en l'occurrence, votre poitrine si belle et magnifique qui fait réagir dans le bon sens, aussi bien les hommes et que les femmes.
      (Ophélie, voit en ce premier jet, une forme d'humour, pour répondre au tien).
      D'où, le contraste auquel, je fais allusion, car dans la deuxième partie, gem tout, gemssa, oh que oui !
      Ton exposé a mis le doigt dessus, du mien le mien, à défaut d'autre chose. C'est réussi.
      Voici donc, les choix que je préfère :
      - ces belles voix qui viennent de dessous d'un si beau corsage.
      - cacher ce qu'elles ont voulu montrer, avec une fausse modestie...je parle des cartes de tarot devant leur échancrure, ou au contraire exhiber, sans retenue, cette belle partie de votre corps, et enfin, voir une autre femme apprécier ces rondeurs si enivrantes...
      Tu m'as couché, coulé.

      Supprimer
    3. Merci pour ce complément d'information humoristique. Je vois que tes choix sont larges. Tu abandonnes, à juste raison, le fait de plastronner!

      Supprimer
  2. Chère et Belle Ophélie,
    C'est sûr qu'avec une telle illustration à l'appui, je comprends qu'il ne faille pas toujours croire ce que l'on dit ... ^^
    C'est une photo personnelle ?
    Un bisou pour toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument.
      D'ailleurs, ce n'est pas une photo personnelle.
      Bisou, chère Dentelle.

      Supprimer
    2. Je pense que tu aurais pu illustrer cette page,
      comme le dit Dentelle.
      Tu dois avoir d'aussi beaux arguments.
      Même les mettre sous un gilet de sa composition.
      Cela ferait un bel ensemble.

      Supprimer
    3. Certainement. Cela s'est fait, par le passé, et se fera, sans doute encore, tant que vieillesse ne menace pas ruine...

      Supprimer
    4. "tant que vieillesse ne menace pas ruine" ... Voilà une expression que je ne connaissais pas et qui me fait bien sourire.
      Moi je t'ai déjà vu Ophélie. Sans Rien Sur Toi.En 2011. Sur OverBlog. Tu t'en souviens ?
      Un bisou pour toi 🌸

      Supprimer
    5. Et j'ai loupé ça...
      Je suis vraiment maudit d'être
      passé à côté.

      Supprimer