Ophélie Conan

Ma photo
Au commencement, j'en suis sûre, était le vide. Néanmoins, j'apparus sur terre avec un joli prénom: Ophélie. Comme la douce et pure, comme l'ange de perfection qui ne supporta aucune flétrissure. Quant à mon nom, Conan, vous connaissez sans doute le fameux capitaine, mais aussi le terrible barbare?

mardi 5 juillet 2016

Le tic-tac d'une pendule

 Dimanche dernier, j’ai emmené Marianne dans une maison à vendre dont j’avais préalablement dérobé la clé à l’agence. C’est une belle maison de la fin du dix-neuvième siècle, richement meublée, garnie d’objets anciens et précieux, mais assez austère. Avant de nous y rendre, durant le petit-déjeuner, j’avais prévenu Marianne qu’elle y passerait la journée seule, attachée nue sur une table. Un peu surprise, ma chérie m’a quand même dit: d’accord. Je lui ai demandé de rester nue, d’enfiler seulement des bas et un porte-jarretelles noirs, et de se couvrir seulement de son manteau pour la route. Nous partons tout de suite, lui ai-je dit. Et, de mon côté, je m’habillai de la même façon. 

 La route effectuée, je garai ma voiture devant la maison. C’est une maison implantée au milieu d’un grand jardin tout entouré de grilles. J’ai ouvert un lourd portail métallique et, au bout d’une allée de gravier d’une dizaine de mètres, nous avons gravi un large perron cérémonieux, franchi la porte d’entrée, et, directement, sommes entrées dans le salon. Là, sans même lui proposer une visite de la maison, j’ai demandé à Marianne de retirer son manteau et de s’allonger sur une petite table en acajou aux quatre pieds tournés, recouverte d’un beau cuir rouge, sur lequel j’ai tout de suite disposé une grosse couverture repliée pour améliorer le confort de ma belle. Marianne, sans discuter ni dire un mot, s’y est installée, se prêtant tout à fait à son rôle de soumise. J’ai attaché ses poignets et ses chevilles aux quatre pieds de la table, et quand cela fut accompli, je lui ai dit que j’allais la laisser dans cette maison jusqu’à minuit. Elle ne put s’empêcher de me dire: oh, mon dieu, Ophélie! Mais elle n’ajouta rien. En guise d’au revoir, j’embrassai ses lèvres, et comme elle y mettait ardemment sa langue, je ne pus m’empêcher d’en faire autant, de malaxer ses seins et d’exciter son clitoris avec mes doigts. Consciente que la journée, dans la solitude de cette grande et triste maison bourgeoise allait être éprouvantable pour elle, je voulus la gratifier, alors je penchai ma poitrine sur son beau visage et lui donnai l’un après l’autre mes seins à téter, ce qu’elle fit avec une incroyable voracité. Quand je me retirai, elle s’inquiéta soudain et me demanda si quelqu’un pouvait venir. Je lui dis que je n’en avais pas la moindre idée et qu’elle le verrait bien. Là dessus, je m’en allai, l’abandonnant lâchement à sa terreur. Je l’entendis me dire encore: j’ai peur, Ophélie, j’ai peur. A ce moment-là, je revins sur mes pas et, pour réponse, introduisis doucement, mais profondément un godemichet dans sa chatte, en même temps que je pris conscience d’un tic-tac infernal. Je ne l’avais pas encore remarqué, mais il émanait d’une pendule qui se trouvait sur une cheminée de marbre blanc, entre deux énormes chandeliers de bronze. Revenant vers ma chérie, je l’encourageai. Je lui dis: sois forte. J’hésitai à lui mettre un bâillon-boule, estimant que cela ne serait pas nécessaire, qu’elle serait sage et ne crierait pas.

 Dans la voiture, j’eus le cœur gros, une larme coula sur ma joue, très consciente que j’infligeais à mon amour une terrible punition, d’autant que j’en avais pris seule l’initiative, ce qui n’était pas mon habitude. Rose était absente, elle avait découché et dormi chez Agathe, sa skippeuse de Douarnenez. 

 Je suis revenue à cinq reprises, retrouvant à chaque fois Marianne dans la position où je l’avais laissée, le godemichet toujours bien en place. La pendule m’accueillait de son tic-tac douloureux, et à chaque fois, je demandais à ma chérie comment elle allait. Elle me répondait, avec un sourire à fendre le cœur, que ça pouvait aller. A plusieurs reprises, elle m’a demandé d’aller aux toilettes, et je l’ai détachée. Elle en a profité pour se détendre un peu, marcher, puis je la rattachais. Je lui demandais si elle avait vu quelqu’un, elle me répondait toujours en secouant négativement sa tête. Mais elle me disait qu’à chacune de mes venues, elle était terriblement inquiète, ne sachant qui entrait dans la maison, ce qui la terrorisait.  A chaque venue, je laissais mon manteau à l’entrée du salon, et me retrouvais nue à ses côtés, simplement vêtue de mes escarpins, de mon porte-jarretelles et de mes bas noirs, prête à opérer comme une salope, à profiter de sa vulnérabilité qui m’excitait beaucoup. Une fois rattachée, je m’activais et ne perdais pas mon temps, je m’occupais d’elle, la caressais, la malaxais, lui donnais mes seins à sucer, suçais les siens, léchais son clitoris, lui donnait le mien, tout cela sur le mode de l’éternel retour. Mais je variais aussi les plaisirs, lui donnais de temps à autre du martinet, pas trop fort pour ne pas la marquer, prenais son vagin avec un gode-ceinture, faisais vibrer son clitoris avec un wand, fixais sur sa bouche un gode-bouche sur lequel je me pénétrais, lui mettais des pompes à tétons, aussi des pinces à tétons avec vibreurs, l’embrassais partout sur le corps, sur la bouche, mélangeant longuement nos langues et maintes fois murmurais à son oreille que je l’aimais comme une folle… Et pendant ce temps, elle restait stoïque, subissait, ne rétorquait rien, prenait si j’ose dire son mal en patience, mais aussi certainement son pied, car elle jouissait souvent très fort, haletait quand cela la prenait, et j’avais l’impression que les murs du salon tournaient et que j’étais complètement ivre ou folle.

 La dernière fois, quand je revins, à minuit, elle se trouvait dans la plus complète obscurité, cernée par le tic-tac horrible de la pendule qui me sembla battre plus vite et de manière saccadée, et aussi plus métalliquement. Je retirai mon manteau et ne la détachai pas immédiatement, voulant profiter du noir pour la pénétrer une dernière fois, mais cette fois avec Union, un godemichet sans harnais qui la fit jouir intensément, et moi aussi, car j’avais placé dans son bulbe le petit vibrateur adéquat. Puis, je retirai Union et vins m’installer sur le gode-bouche que j’avais laissé sur elle intentionnellement depuis ma dernière visite, et la chevauchai comme une sorcière endiablée, m’agrippant à ses seins. J’eus un second orgasme, et demeurai inanimée sur elle pendant de longues minutes. Quand je revins à moi, je lui redis que je l’aimais, qu’elle était toute ma vie, qu’elle me rendait heureuse, qu’il fallait qu’elle me pardonne. Je remis de la lumière, la détachai aussitôt, et cherchai immédiatement son regard. Il était tendre, pétillant, elle ne m’en voulait pas du tout. Elle me dit, étirant ses bras et ses jambes, que la journée avait été dure, mais bonne, exceptionnelle, hors du commun, qu’elle avait eu beaucoup peur, mais aussi qu’elle avait beaucoup joui. C’était un ensemble hétéroclite, merveilleux, indescriptible, féérique, un cadeau fantastique. Merci, merci me dit-elle. En souriant, je lui tendis son manteau qu’elle enfila sans le refermer, et elle me remercia encore d’un baiser sur la joue, avec une expression gaie et ravie qu’elle arborait seulement dans les grandes occasions. Bras dessus bras dessous, nous sortîmes de la maison et entrâmes dans les bruits du soir, marchâmes sur le trottoir bien éclairé par de grands lampadaires, moi tenant au bout d’un bras le sac d’accessoires si utile à notre plaisir et à notre folie. Arrivées à la voiture, je déposai le sac dans le coffre, puis nous nous retournâmes vers la maison. Elle me fait peur, me dit-elle, on dirait une maison hantée, une espèce de grosse louve griffue, je ne sais pas, ou peut-être une maison où il s’est passé un crime… Elle est belle, pourtant, cette maison, mais partons, Ophélie, elle me fait trop peur! Je l’embrassai, empoignant facilement ses seins qui n’étaient, tout comme les miens, en rien dissimulés par son manteau, tandis qu’au loin, la silhouette ténébreuse d’un homme marchant lentement venait vers nous.

6 commentaires:

  1. Mes cochonnes! Quelle lecture agréable de si bon matin.
    Je dois me masturber maintenant en vous imaginant dans cette demeure.
    Je lui aurais fait l'amour dans le noir puis sous la lumière douce de plusieurs bougies

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois me masturber... Ce n'est pas une obligation! A moins que...

      Supprimer
  2. Non, c'était une furieuse envie après la lecture

    RépondreSupprimer
  3. Y-a-t-il eu un match retour ?
    Elle est gentille Marianne,
    et surtout amoureuse.

    RépondreSupprimer
  4. Oui, elle est très amoureuse. Il faut l'être pour accepter pareille aventure, très angoissante, en même temps très excitante. Non, il n'y a pas vraiment eu de match retour, sauf quand il est orchestré par Rose.

    RépondreSupprimer