Ophélie Conan

Ma photo
Au commencement, j'en suis sûre, était le vide. Néanmoins, j'apparus sur terre avec un joli prénom: Ophélie. Comme la douce et pure, comme l'ange de perfection qui ne supporta aucune flétrissure. Quant à mon nom, Conan, vous connaissez sans doute le fameux capitaine, mais aussi le terrible barbare?

mercredi 7 mai 2014

Toute chose

Vue de Camogli



 Je me sens toute chose. Je reviens d’un voyage de quinze jours en Ligurie qui me semble avoir duré une éternité. Avec Marianne, nous avons visité Gênes, avons trouvé des petits coins charmants et pittoresques, tout autour de cette grande et ancienne cité aux très riches palais, mais pas au fond de brumeuses et mystérieuses vallées, comme je l’écrivais avant notre départ. Chaque jour, nous avons joui de la Méditerranée et de cette côte rude et essentielle. Nous nous sommes promenées sur le Sentiero Azzurro des Cinque Terre, avons séjourné à Camogli, batifolé à Portofino, turbulé à Santa Margherita Ligure et à Rapallo. Le ciel était souvent bleu, parfois maussade, comme sur cette vue de Camogli, mais la température de l’air toujours douce. Il m’a semblé étrange cet appel de l’horizon, provoqué par l’étendue méditerranéenne qui contrastait avec la dureté souvent verticale du paysage, rocheux et abyssal. 

 Avec Marianne, j’ai vécu de l’instant, de la lumière et des sensations. Nous nous sommes nourries de l’ombre des murs, de la hauteur fatigante des innombrables escaliers qui serpentent dans les villes, de la pâleur des lointains, nous avons dialogué avec les roses, les vignes, les oliviers, les chênes, mais aussi les chiens, les abeilles et les oiseaux. Nous avons aimé cette belle lumière de la Méditerranée du nord, qui souligne le côté mortel des choses, comme dans les tableaux de Cézanne et du Lorrain, qui nous fait pénétrer insidieusement dans la tragédie, car il se passe quelque chose dans cet air qui n’en a pas l’air, qui fait aussi entrer dans la méditation, car la Méditerranée, baignée de cette lumière, devient métaphysique. Cette lumière fait aussi entrer dans l’amour, dans la recherche du plaisir, car tout en Ligurie ne se regarde qu’avec une intense émotion. 

 Les yeux de Marianne, je les ai mieux regardés, ses seins, je les ai mieux aspirés entre les marbres flamboyants des églises.

(Par un fleuve emportée...)

10 commentaires:

  1. Te voilà revenue requinquée et encore plus amoureuse.
    Kiss

    RépondreSupprimer
  2. La simplicité de la page, les mots défilent, riches de poésie, de douceur, de calme, de sérénité...
    Je connais un peu Cézanne et vais de ce pas reconnaître celui-là dont vous parlez, du Lorrain.
    Lorsque j'écouterai les fleurs de mon jardin, saurai que d'autres, comme moi, savent profiter d'un chant d'oiseau, d'une perle de rosée, d'un sein dénudé, d'une jambe offertes aux baisers de la lande, au souffle de l'amant qui à la vie se nourrit et jouit de lui, d'elle, de l'abeille, de l'oiseau, du grand chêne, du chien, de l’épi de blé qui se gonfle de sève, des grains de cassis, de groseille qui bientôt vont murir et s'offrir à nos lèvres gourmandes comme autant de baisers à dame nature, écrasée sur la peau de l'amante la mûre colorera son sein son ventre les lèvres de son sexe pour que la vie soit une fête... Longtemps...
    Heureux de vous retrouver.
    Bises matinales
    Deni.S

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la vie peut être une fête. Il y a tant de belles choses à voir et à faire!
      Surtout avec des grains de cassis et de groseille!
      Je vous embrasse,
      Ophélie

      Supprimer
  3. Ton nouvel espace est tellement plus serein.
    Félicitations !
    Je t'embrasse.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  4. Oui, cela change, j'ai l'impression de revivre!
    Bises,
    Ophélie

    RépondreSupprimer
  5. Après avoir couché de jolis mots qui donnent envie de voir cette partie de l'Italie, preuve de ton écriture si séduisante, je note la petite note coquine de ta fin de texte...Les vacances, l'Italie, ton amour près de toi, que demander de mieux?...Profiter de l'instant "T", comme on dit.

    RépondreSupprimer
  6. La beauté est partout, dans la nature, dans les monuments chargés d'histoire, mais surtout dans le décolleté de mon amour.

    RépondreSupprimer
  7. Un décolleté qui doit être aussi chargé d'histoires....

    RépondreSupprimer