Ophélie Conan

Ma photo
Au commencement, j'en suis sûre, était le vide. Néanmoins, j'apparus sur terre avec un joli prénom: Ophélie. Comme la douce et pure, comme l'ange de perfection qui ne supporta aucune flétrissure. Quant à mon nom, Conan, vous connaissez sans doute le fameux capitaine, mais aussi le terrible barbare?

mercredi 17 janvier 2018

Un mail de Marianne

"Chère Ophélie,

 Je ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps...

 Le dimanche s’est terminé en beauté. Le thé a diablement fait son effet. Les langues se sont merveilleusement déliées. Finalement, les deux pimbêches cachaient bien leur jeu. Dans mes bras, je leur ai roulé des gros palots à tour de rôle, tout en malaxant vigoureusement leurs seins bien ronds sous leurs pulls et leurs soutiens-gorge. Elles avaient l'air d'aimer ça et me le rendaient bien. Puis je les ai invitées à continuer les palots, mais entre elles, ce qu’elles n’ont pas refusé de faire, à la grande stupéfaction de la petite sœur qui n’en croyait pas ses yeux. Pendant ce temps, j’ai entrepris de retirer leurs jupes. Elles m’y ont aidé sans réticence, les salopes, puis se sont débarrassées de leurs pulls. En soutien-gorge et en petite culotte, elles n’ont pas osé aller plus loin. Mais Rose, Muriel et moi avons dégrafé les soutiens-gorge et baissé les petites culottes…

 Mon dieu, Ophélie, tu verras... Je crois que tu ne seras pas déçue à ton retour. Karine et Gaëlle sont magnifiquement suréquipées. Jolis fessiers, seins superbes, lèvres pulpeuses, hanches harmonieusement dessinées, cuisses racées… Bref, on pouvait déjà tout deviner, mais pas à ce point là, non! Elles sont, je te dis, hyper-avantageuses et croquises, exactement comme la cadette. Nues, pendant que nous nous désapions à notre tour, elles n’ont pas arrêté de s’entrebaiser. Puis on a repris ensemble, toutes les cinq. Je t’en dis pas plus. Si. A un moment, Gaëlle s’est allongée à plat dos sur Karine, et moi, je m’activais entre leurs quatre cuisses, dans leurs deux fentes. Dans l’une avec deux doigts, dans l’autre avec la langue. Puis j’inversais. J'inversais. J'inversais encore. Fallait les entendre, elles mamaoutaient un max comme  des chattes en chaleur! 

 Finalement, Muriel est venue lécher ses sœurs.

Dix mille baisers à toi partout.

Marianne"